Interview de J.Heska!

inter

Bonjour à tous et à toutes,

ll y a quelques temps, j’ai pu découvrir Pourquoi les gentils ne seront plus avoir de J.Heska.

J’ai lu pour la première fois ce jeune auteur et j’ai eu un coup de cœur pour son livre léger et frais !

Vous trouverez ici mon billet.

Fin mai, J.Heska m’a proposé de lire son dernier livre Un monde idéal où c’est la fin et j’ai accepté avec plaisir ! J’ai lu très rapidement ce livre de nouvelles.

Et dans la foulée, j’ai proposé à l’auteur une petite interview pour le mettre en avant !

Voici donc l’interview !

 

Présentez vous un peu?

Hop, pour faire court : Je suis J. Heska, un jeune auteur de trente ans qui partage sa vie entre ses romans, ses nouvelles et son blog, www.jheska.fr, dans lequel il met en scène ses histoires extraordinairement banales et ses mondes idéaux.

J’aime à me définir comme un auteur nouvelle génération, pensant tout prétentieusement entremêler des références à la littérature, au cinéma, à la bande-dessinée, au web et au monde qui m’entoure afin d’offrir aux lecteurs des histoires exaltantes.

Sinon je suis l’auteur des romansPourquoi les gentils ne se feront plus avoir, On ne peut pas lutter contre le système, et du tout nouveau Un monde idéal où c’est la fin ! Des romans qui connaissent de beaux succès qui font très plaisir !

– Vous êtes auteur, certes mais êtes vous aussi lecteur? Si oui, quel lecteur êtes vous?

J’ai toujours ce petit complexe en tant qu’auteur d’affirmer que je ne lis pas de philosophie, que Houellebecq, je trouve ça ennuyeux à mourir, et que je n’ai pas ouvert un livre de Gallimard depuis des lustres ! Je suis un lecteur décomplexé (oups, je me suis contredit en deux phrases) qui lit un peu tout ce qui lui tombe sous la main : magazines, B.D., romans, nouvelles, et dans n’importe quel genre : S.F. Fantasy, littérature contemporains, thriller, policier etc.

Mon roman préféré est Dragon Déchu de Peter F. Hamilton, parce que je m’identifie énormément au héros. Sinon, j’ai adoré (dans le désordre) : La Guerre du feu, Le meilleur des mondes, Band of brothers, Les piliers de la Terre, Spin, Da Vinci Code, l’Idéaliste,  Les Fourmis,  Le trône de fer, Bel-Ami, L’Assommoir,  Légende, et bien d‘autres encore. Et le dernier bouquin que j’ai lu est Cul-de-sac, de Douglas Kennedy, dévoré en quelques heures !

– Vous nous présentez votre dernier livre?

Un troisième roman qui s’inscrit dans un genre encore différent de Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir et On ne peut pas lutter contre le système, puisqu’il s’agit d’un recueil de micro-nouvelles (une page ou deux, maximum) orientées uchronie sur le thème de la fin du monde !

Rien de mieux pour le présenter que le 4ème de couverture :

Bienvenue dans un monde idéal !

Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ?

Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte !

Un livre parfait pour un petit moment de détente égoïste, dans le bus, à la pause déjeuner, le soir avant de se coucher ou à la plage !

J’ajouterai que c’est un roman bourré de petites histoires inventives et drôles, rempli de surprises et de références à la culture populaire, à picorer pour passer un bon moment !

-Pourquoi avoir voulu écrire?

Pour expulser tout ce qui peut naître de mon cerveau malade et éviter la schizophrénie !

Je veux sentir l’adrénaline envahir mes veines alors que je me lance à l’assaut d’un Panzer, ressentir la plénitude d’une marche le long des canyons martiens, sentir les brûlures dans mes mollets quand je me jette dans les derniers mètres de l’ascension du K2. Je veux ressentir toute la rage de l’amant bafoué qui décide de tisser une toile machiavélique autour de sa maîtresse, je veux être imprégné la logique froide d’un tueur qui se décide à collectionner les iris de ses victimes, et l’instant d’après être envahi par le dégoût du flic qui le poursuit.

La découverte, l’imagination, se glisser dans la peau des autres et ressentir leurs joies, leurs peines, leurs douleurs. Et ça, ce n’était possible qu’en étant auteur.

–  Comment écrivez vous? Comment vous vient l’inspiration?

Pas la moindre idée ! La seule chose que je peux dire, c’est que j’écoute, je regarde, je sens, je ressens. L’imagination fait le reste. Ah oui, et je me balade toujours avec de quoi noter (un smartphone, c’est plus cool qu’un carnet et un stylo).

– Comment vous est venu l’idée d’écrire 100 nouvelles pour votre nouveau livre publié le 1 er juin 2013? Combien de temps avez vous pris pour les écrire?

L’idée est venue des lecteurs de mon blog (http://www.jheska.fr), qui me harcelaient régulièrement pour faire une compilation de mes nouvelles « Un monde idéal ». Je me suis lancé le jour où je me suis dit qu’il y avait de quoi faire quelque chose de sympa, avec des nouvelles entièrement réécrites, un énorme paquet d’inédits, des bonnes références à la culture populaire et des petites surprises !

Du coup, je pense à présent partir sur une collection de livres avec, pour chacun d’entre eux, une thématique spécifique.

Le temps que j’ai mis pour les écrire ? Je préfère ne pas y penser ! Mais il m’a fallu à peu près un an pour mener ce projet à bien.

– Vous avez beaucoup d’humour, est-ce votre façon à vous de capter le lecteur ou simplement votre façon d’écrire?

Point de volonté d’attirer le chaland, l’humour est une vraie marque de fabrique dont je n’avais pas forcément conscience au début, et que j’essayais même de gommer régulièrement.

Je pense que cela vient à la fois de mon moi-profond (j’ai un humour très pince-sans-rire), de la façon dont je souhaite raconter des histoires (j’ai toujours peur en voulant être trop sérieux ou en n’ayant pas suffisamment de recul de sombrer dans le pompeux ou l’arrogant), et surtout, d’une volonté de conserver une certaine légèreté et de divertir avant tout. Je ne suis pas un grand fan des romans glauques à l’ambiance pesante et pessimiste. J’aime au contraire quand un roman vous transporte, vous fait rêver, vous fait vous évader d’un quotidien parfois complexe. C’est un souffle épique que je veux insuffler dans mes œuvres. La vie est dure, ne la rendons pas plus déprimante.

– Vous êtes arrivé second au Challenge Coup de cœur pour auteur peu médiatisé, content ou déçu? En tout cas, j’espère que cela sera un coup de pouce pour votre carrière d’auteur.

Les deux mon capitaine ! Très heureux car le seconde place est vraiment inespérée, cela montre à quel point mon roman a été apprécié par les lecteurs et els blogueurs. Et forcément un peu déçu parce que j’aurai aimé ajouter un gros ruban rouge sur ma couverture « Coup de cœur auteurs 2013 ».

Mais bon, je reviendrai l’année prochaine, encore plus déterminé que jamais !

– Un conseil à donner à quelqu’un qui veut écrire mais qui hésite? Qui a éventuellement peur de la feuille blanche?

Le conseil le plus bateau du monde : il faut se lancer, tout simplement.

Mais pour aller plus loin, d’autres recommandations en vrac :

  • La page blanche est un mythe. L’écriture, c’est comme respirer, ça vient naturellement à partir du moment où il n’y a pas de prise de tête.
  • Ne pas se fixer d’objectifs trop ambitieux : un jeune auteur doit privilégier des petites nouvelles à faire découvrir à son entourage que d’attaquer par une trilogie de Fantasy.
  • Faire ce que l’on a envie de faire
  • Ne pas attendre de reconnaissance des autres grâce à l’écriture (vous serez forcément déçu)
  • Ne jamais se lancer sans avoir d’idées au préalable, et en disant ” on verra bien”

– Vous voulez rajouter quelques choses?

* Petit espace promotion *

Si vous souhaitez faire la promotion d’une littérature un peu différente, n’hésitez pas à vous connecter sur Amazon (Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, On ne peut pas lutter contre le système, Un monde idéal où c’est la fin ) et à commander mes romans ! Ils sont à un prix très accessibles en version numérique (2.99 euros), et vraiment pas cher en version papier !

* fin de l’espace promotion*

Sinon, merci beaucoup pour cette interview fort sympathique, et à bientôt pour de nouvelles aventures !

Je remercie J.Heska de m’avoir accordé du temps pour cet interwiev et je lui dis à très vite au détour d’un autre de ses livres !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s