Interview de Julie Esnault, auteur de Un passé Inavoué

 

inter

 

Dans le cadre du Challenge Coup de coeur 2012 pour auteur peu médiatisé, j’ai pu découvrir une jeune auteure qui est Julie Esnault!

Julie a bien voulu m’accorder une petite interview que voici!

Bonjour Julie,

Comme nous en avons déjà discuté ensemble, je vais te poser quelques questions sur l’auteur que tu es et ton livre que j’ai pu lire dans le cadre du Challenge Coup de cœur 2012 pour auteur peu médiatisé organisé sur Livraddict.

Présentes toi un petit peu :

J’ai passé le cap de la trentaine et j’en apprécie chaque instant. Je suis une personne joviale, et dynamique, mais aussi très calme quand je suis seule – surtout face à un livre.

Je suis tout de même très opiniâtre, et j’ai une volonté de fer (lorsqu’il s’agit de défendre mes positions).

Mon entourage compte énormément pour moi, elle fait partie de mon équilibre et de mon bien être.

J’ai fait des études tournées vers le médico-sociale, et je suis Aide Médico Psychologique. Je travaille actuellement auprès de personnes handicapées mentales, et j’adore mon métier.

J’ai beaucoup voyagé dans mon enfance, mes parents en étant friands, et j’en garde un souvenir particulièrement intense. Ils m’ont transmis leur passion, et chaque moment partagé avec d’autre civilisation m’a profondément touchée. J’aimerai pouvoir continuer mes propres expériences à travers le monde, mais le temps me manque.

Je déborde d’activité ! Sans compter mon travail, je passe des heures à lire, créer des bijoux, dessiner et bien sûr, écrire…

* Quel lectrice es-tu? Lis-tu de tout? Et comment choisis-tu tes livres?

Depuis toujours, je suis une dévoreuse de livre. Si je n’ai pas un livre à la main dans une journée, ce n’est pas normal. J’aime me plonger dans les romans, et et je peux lire plusieurs heures d’affilées.

Je lis surtout du Contemporain, des romans jeunesses et du fantasy. Je ne suis pas friande des romans policiers, ni des biographies.

Je choisis mes livres totu d’abord en regardant la couverture. Si je la trouve intéressante, puis je me concentre sur le nom de l’auteur et enfin, je lis le titre et la quatrième de couverture…

J’aime aussi m’appuyer sur les différentes critiques de certains lecteurs où sur l’avis de mes proches sur leurs différents coup de coeur.

Qu’est-ce qui t’a poussé à écrire ?

Mon addiction à la lecture. Le plaisir de tenir un livre dans mes mains. La soif de m’exprimer autrement qu’avec des mots. L’envie de partager des histoires qui envahissent souvent ma tête.

Au moment où j’ai écrit « Un passé inavoué », je lisais beaucoup de fiction sur Internet. Certaines étaient excellentes, et j’ai eu envie d’en écrire à mon tour. Des histoires, courtes, ont commencé à germer dans mon cerveau, pour finalement amorcer les premières ébauches d’Un passé inavoué.

Des conseils à donner à une personne qui souhaiterait se lancer dans l’écriture ?

Foncez !

Je crois que si nous n’hésitons pas à nous donner la chance de percer, il peut nous arriver, à tous, de très bonnes choses.

Je me suis lancée dans l’aventure de l’écriture, un peu comme une novice. Cela n’avait jamais été une vocation. Je ne rêvais pas d’être écrivaine à mes dix ans, pas plus qu’à mes dix-huit. Ma carrière professionnelle n’a d’ailleurs rien à voir.

Mais un jour, j’ai réalisé que j’avais une envie profonde d’écrire… La lecture ne me suffisait plus, j’avais envie de partage, et pourquoi pas, moi aussi, faire frémir un lecteur, tout comme je frémissais pour certains auteurs.

Venons-en à ton livre. Combien de temps as-tu mis à l’écrire ?

J’ai été assez rapide. J’ai mis environs sept mois.

Tes recherches d’avant-écriture ont dû être importantes, elles t’ont pris combien de temps ? Les as-tu fais avant ou pendant l’écriture ?

Pour être franche, lorsque j’ai écrit le prologue d’Un passé inavoué, je ne savais pas du tout où j’allais m’embarquer. Du coup, les recherches se sont faites au fur et à mesure…

J’avais également sous la main, un ami qui est un passionné de cette période historique. Il m’a bien aidé en relisant certains passages qui parlaient de la Seconde guerre mondiale. Me corrigeant pour certains points fossés par mes recherches sur Internet…

J’ai pu aussi, ressortir mes livres d’histoires.

Mais j’ai trouvé cela assez délicat. Pour un premier livre, j’ai cherché la difficulté en exploitant ces dates…

La description du petit Victor est très bien faite. J’ai adoré ce petit personnage. Tu as fait de lui un personnage très attachant. Était-ce voulu ?

Oui, totalement. J’adore les enfants, et dans presque chaque texte écrit de ma main, il y a un enfant. Je les trouve passionnant, attachant et bourrés de créativité.

J’ai plusieurs éléments de comparaison, d’observation dans mon entourage. Ils ont une imagination débordante.

Certains personnages m’ont semblé tellement bien décrit que je me demande si tu étais pas inspiré de ton entourage. Je pense notamment au petit Victor qui m’a semblé tellement réel et si attachant.

Pour Victor, effectivement, j’ai eu un coup de cœur pour un petit garçon que j’ai croisé alors que je n’avais pas encore décidé d’inclure ce petit homme dans mon histoire.

Dans l’établissement où je travaille, l’une des infirmières avait, un jour, amené son fils de 3 ans, pour qu’il puisse découvrir l’endroit où sa maman passé ses journées. J’ai tout de suite été captive de son regard. Il s’appelait Victor.

Nous n’avons pas échangé un seul mot, juste ce regard. Et Victor est né…

Pour les autres personnages, ils sortent tout droit de mon imagination. Je n’ai aucun lien avec qui que ce soit…

A part Suzanne… m’a propre grand-mère… qui ressemblerait plus à la Suzanne de l’époque des années 40.

Comment t’es venu l’idée de faire lire ce journal à Angie ? A la limite, tu aurais pu te passer d’elle et écrire son histoire directement sous forme de journal ?

C’est vrai que son personnage est secondaire… Mais je voulais une dynamique. Un moyen pour moi d’intervenir extérieurement, de reprendre un peu d’aire.

Et puis, c’était également une façon de conclure l’histoire à travers le regard de cette grand-mère, Suzanne, en répondant à cette question que l’on se pose toujours : Que sont-ils devenus ?

L’idée de mêlé le présent (les années 80 avec Angie) et le passé (les années 39/40 avec Suzanne) m’a vraiment étonné et j’ai apprécié cette idée ! Comment cela t’es venu comme idée ?

Comme je le disais un peu plus haut, je ne savais pas, au début de cette aventure, quelle direction prendre. J’ai mis un moment à m’embarquer vraiment dans ma propre histoire, et c’est finalement après plusieurs semaines, que j’ai souhaité parlé de la personne du journal. En faire un personnage principal.

Mais je m’étais déjà attaché à Angie, et je ne pouvais l’abandonner dans ce grenier, sans en faire quelque chose…

J’ai donc décidé de les englober toutes les deux dans un passé et un futur… Et cela a fonctionné.

C’est d’ailleurs grâce à ces deux époques, que j’ai pu faire tenir le lecteur en haleine.

Les coupures entre le présent (Angie) et le passé (Suzanne) sont très intéressante et relance le récit. J’ai trouvé que cela m’a poussé à lire encore plus vite car je voulais connaître la suite. Était-ce une volonté de ta part de faire monter le suspense ?

Oui, je voulais appâter le lecteur en le laissant en suspens. Il faut savoir que certaines personnes de mon entourage, lisaient un chapitre presque toutes les semaines. J’avais comme cela leur réaction à vif, ce qui m’a grandement aidé à achever ce roman.

Je souhaitais les tenir en haleine, et pour cela, j’ai fait monter le suspens en coupant certains évènements difficiles de l’aventure de Suzanne, en provoquant des rebondissements à chaque fin de chapitre…

Aurais-je le plaisir de retrouver à nouveau le journal de Suzanne ou la jeune Angie qui vient de découvrir un bout de l’histoire familial ?

Je ne pense pas non…

Je ne cache pas qu’il y a effectivement une suite à cette histoire. Suzanne ne s’arrête pas là… La guerre n’est pas terminé, Victor, est toujours sous sa protection, et l’avenir est incertain…

J’ai l’histoire dans ma tête… mais j’en ai tellement d’autre à côté.

Et puis, j’ai vraiment eu peur de me frotter encore une fois à cette période historique… Je ne voudrais pas me tromper et refaire l’histoire.

Donc pour le moment j’en resterais là…

Travailles-tu sur un autre roman? Peut-tu nous réveler quelques informations ou tout est encore confidentiel?

Oui, j’ai écrit un nouveau roman, qui sera complètement différent. Il s’agit d’une histoire de jumelles…

Le début commence tragiquement. L’une des jumelles meurt de façon soudaine et l’autre, meurtrie et incapable de ne plus entendre le nom de sa sœur tous les jours, décide de se faire passer pour elle…

Le roman s’appellera « Chloé » et il est déjà écrit dans son intégralité.

J’ai également commencé une autre histoire, qui s’appellera « La Société Mélonis », mais pour celui-là, je n’en dirais pas plus…

J’espère avoir répondu correctement à tes questions, n’hésite pas si tu en as d’autre et merci encore pour tous ce que tu fais pour moi

Julie.E.

Je remercie beaucoup Julie Esnault d’avoir pris le temps de me répondre à mes petites questions!

 

 

juju

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s