Polynie de Mélanie Vincelette

 

 

 

 

Editions ROBERT LAFFONT

214 Pages

Genre : Contemporains

 

 

 

 

4 EME DE COUVERTURE : 

« Des cargots, des avions et des civilisations entières disparaissent régulièrement dans l’Arctique, ne laissant que des murmures et des questions irrésolues dans la blancheur laiteuse du paysage. Au moins, on svait que Rosaire n’avait pas été avalé par une baleine à bosse et qu’il n’était pas passé au travers de la glace, hypothèses souvent évoquées pour expliquer la disparition des explorateurs polaires. Résoudre un meurtre dans cette communauté qui vivait en vase clos allait se révéler plus difficile que prévu, même s’il était presque impossible de s’échappeter de l’île de Baffin. La route la plus longue ne fait que soixante-dix kilomètgres et s’arrête en face d’un énorme glacier de soixante-cinq mètres de hauteur. »

On ne s’explique pas la mort de Rosaire Nicolet dont on a retrouvé un matin le corps sans vie dans une minable chambre d’hôtel louée par une strip-teaseuse. Qui pouvait bien en vouloir à ce jeune avocat international appréciéde tout le monde? Appelé à Iqualit, un village proche du cercle arctique, pour reconnaître le corps, Ambroise Nicolet, le jeune frère de Rosaire, va mener l’enquête. Ambroise vénérait son frère. Mais sait-on jamais qui se cache derrière ceux que l’on aime?

L’AUTEUR : 

Mélanie Vincelette a 35 ans. Elle a fondé et dirige les Editions Marchands de feuilles. Prix du jeune écrivan francophone en 20047 et prix Anne-Herbert en 2007, Mélanie Vincelette est déjà une figure respectée du monde littéraire québécois. Elle a publié son premier roman, Crimes Horticloes, en 2006 aux Editions Robert Laffond.

MON AVIS :

C’est un roman contemporain composé de 43 chapitres pour 214 pages de lecture.

Les chapitres sont à chaque fois court : pas plus de 3 ou 4 pages maximum.

Le livre a une couverture blanche souple et je dirais même que la couverture est simple. Par contre, le bandeau qui y est rajouté attire immédiatement l’oeuil d’un potentiol lecteur ou du lecteur lui même.

En effet, on peut voir sur le bandeau la mer, le ciel et la banquise qui est représentatif du paysage que peuvent voir les personnages du roman.

Dans cette ouvra, Mélanie Vincelette plonge le lecteur au coeur d’une réflexion su les mystères des individus. Pourquoi idéaliste-t-on les êtres?

Mélanie Vincelette donne également la vision du monde actuelle avec  tous les problèmes qui epuvent faire réflechir chaque être humain sur terre. Elle nous parle d’écologie, d’approvisionnement, de prostitution d’identité nationnale, ect…

J’ai trouvé les personnages un peu marginaux. Ils sont tous intéressant et ont chacun un parcours chaotiques.

L’auteur a une plume légère et agréable. Elle a un ton agréable, tonique qui est à la fois frôle et poétique.

Un roman qui dépayse totalement et qui est également intimiste!

J’ai pu effectué cette lecture et découvrir ce livre grâce à un partenariat entre Livraddict et les Editions Michel Laffontque je remercie pour cette découverte et lecture.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s